You are here: histoiresmauriciennes.com»Thierry Chateau

Thierry Chateau

Port-Louis : les débuts de l’administration britannique et le commerce du sucre

Après Rodrigues en 1809, La Réunion en juillet 1810, l’isle de France tomba au main des Britanniques en décembre 1810. Les Français capitulèrent le 3 décembre. Vaisseaux de guerre et bateaux de commerce, furent saisis et le Port Napoléon fut investi par 10 000 hommes de troupes, en partie indiennes.

Il y eut un empressement de la part des vainqueurs d’expédier les vaincus, si bien qu’entre décembre 1810 et janvier 1811, Port-Louis fut le point de départ d’un veritable exode. Les militaires français embarquèrent au fur et à mesure, à partir du 7 décembre et le 10, cinq navires appareillèrent avec près d’un millier d’hommes à leur bord. Puis les 16 et 17 décembre, trois autres navires partirent avec plus de 500 hommes. Les 2 et 3 janvier, puis encore le 8, plusieurs convois rapatrièrent en Inde des centaines d’hommes de troupe indiens dont la mission était terminée. Reprenant leur nom d’origine, Port-Louis et Maurice allaient rester britanniques pendant plus de 150 ans…

Lire la suite…

30 novembre 1942 : La Réunion libérée par des Mauriciens

Durant la première partie de la Seconde Guerre mondiale, La Réunion était aux mains des forces du Régime de Vichy. Le 30 novembre 1942, l’île est libérée par les Forces navales françaises libres. Parmi elles, un officier mauricien, le capitaine Hector Paturau. A la suite du débarquement effectué à partir d’un contre-torpilleur venu de Maurice, une courte bataille a lieu le 28 novembre, au Port. Elle est remportée par Paturau et ses compagnons.

Après la capitulation française en juin 1940, le personnel militaire de la colonie se limitait à environ 270 hommes, la plupart des miliciens, commandés par un douzaine d’officiers et sous-officiers. Le gouverneur de l’île, Pierre Aubert, avait décidé de demeurer fidèle au maréchal Pétain. Le président du Conseil général Raoul Nativel avait, pour sa part, dénoncé l’armistice à Radio Saint-Denis. Il fut démis de ses fonctions. Un mouvement local de résistance se mit en place.Lire la suite…

Port-Louis, place forte française, base de corsaires et blocus anglais

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), vous raconte l’évolution du port de Port-Louis, depuis les origines jusqu’à la fin du 20e siècle. Une invitation à parcourir 400 ans d’histoire en douze chapitres mensuels.

À la fin du 18e siècle, Port-Louis était devenu un véritable port de commerce, mais aussi une place forte française dans la mer des Indes. Lorsque la guerre de course avait été déclarée entre la France et l’Angleterre, le nombre d’armateurs affrêtant les navires corsaires augmenta rapidement et les navires étrangers, notamment américains ou 

Lire la suite…

Port-Louis, port franc, port de négoce et commerce avec l’Amérique

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), vous raconte l’évolution du port de Port-Louis, depuis les origines jusqu’à la fin du 20e siècle. Une invitation à parcourir 400 ans d’histoire en douze chapitres mensuels.

Entre 1767 et 1790 Port-Louis se transforma peu à peu en un veritable port de commerce. Avec son trafic constant de marchandises, il commença à attirer l’élite locale, intéressée à faire des bénéfices rapides. la ville était peuplée de beaucoup de négociants ayant des vaisseaux, et qui faisaient un commerce très important aux Indes, en Chine et au Cap, ce qui enrichit considérablement l’île. Port-Louis offrait beaucoup de facilités et grâce à une décision audacieuse, le port allait connaître une nouvelle vague de prospérité.

Lire la suite…

Si Baudelaire et Laval s’étaient croisés…

Ils sont tous deux arrivés à Maurice en septembre. L’un, jeune homme déluré de vingt ans à peine, arrive au tout début du mois, en provenance de Bordeaux. L’autre, missionnaire de 38 ans, arrive moins de deux semaines plus tard. Tout les sépare. L’un repart très vite pour devenir un pilier des salons parisiens, l’autre va consacrer sa vie à cette petite terre perdue et y mourra. Pourtant, ces deux hommes, chacun a sa manière, ont marqué l’histoire de Maurice de façon indélébile.

Lire la suite…

Le rêve brésilien de Paul C.

C’est l’histoire d’un Mauricien comme beaucoup d’autres, qui rêvait d’ailleurs mais qui n’a jamais pu concrétiser son projet de départ. Tout commence au milieu des années 60, à une époque où Maurice est écartelée entre un profond désir d’indépendance et la peur des lendemains incertains. » Lire la suite