You are here: histoiresmauriciennes.com»Histoire(s) de...

Histoire(s) de...

décembre 27, 20175 months ago

Port-Louis: les grands voyageurs, les vagues d’immigration, les épidémies

Au 19e siècle, le développement des transports maritimes allait connaître une accélération avec la Révolution industrielle. Ainsi le premier navire à vapeur de la colonie est lancé à Port-Louis le 29 mars 1827, par le gouverneur Sir Galbraith Lowry Cole dont il porte le nom… Il effectua le trajet Maurice-Réunion le 18 juin et fut de retour le 29, dans ce qui fut la première liaison entre les deux îles effectuée par un navire à vapeur. Mais comme la navigation à vapeur en était à ses premiers balbutiements, il connut de nombreuses avaries de moteur et le navire fut finalement mis au rancart.

 A cette époque, les voyageurs n’étant plus animés par les impératifs de conquète, ils laissaient libre cours à l’observation pure. Sous l’administration britannique, Port-Louis continua de recevoir la visite de grands explorateurs et d’illustres voyageurs.

Lire la suite…

Port-Louis, place forte française, base de corsaires et blocus anglais

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), vous raconte l’évolution du port de Port-Louis, depuis les origines jusqu’à la fin du 20e siècle. Une invitation à parcourir 400 ans d’histoire en douze chapitres mensuels.

À la fin du 18e siècle, Port-Louis était devenu un véritable port de commerce, mais aussi une place forte française dans la mer des Indes. Lorsque la guerre de course avait été déclarée entre la France et l’Angleterre, le nombre d’armateurs affrêtant les navires corsaires augmenta rapidement et les navires étrangers, notamment américains ou 

Lire la suite…

Port-Louis, port franc, port de négoce et commerce avec l’Amérique

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), vous raconte l’évolution du port de Port-Louis, depuis les origines jusqu’à la fin du 20e siècle. Une invitation à parcourir 400 ans d’histoire en douze chapitres mensuels.

Entre 1767 et 1790 Port-Louis se transforma peu à peu en un veritable port de commerce. Avec son trafic constant de marchandises, il commença à attirer l’élite locale, intéressée à faire des bénéfices rapides. la ville était peuplée de beaucoup de négociants ayant des vaisseaux, et qui faisaient un commerce très important aux Indes, en Chine et au Cap, ce qui enrichit considérablement l’île. Port-Louis offrait beaucoup de facilités et grâce à une décision audacieuse, le port allait connaître une nouvelle vague de prospérité.

Lire la suite…

Port-Louis : base de la Compagnie des Indes et étape pour les explorations vers l’Est

Illustration : collection Jean Marie Chelin

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), vous raconte l’évolution du port de Port-Louis, depuis les origines jusqu’à la fin du 20e siècle. Une invitation à parcourir 400 ans d’histoire en douze chapitres mensuels. Au milieu du 18e siècle, Port-Louis était devenu le refuge des voyageurs épuisés par les traversées entre l’Europe et les Indes… » Lire la suite

Port-Louis à l’époque de Mahé de La Bourdonnais: aménagements et stratégie

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), vous raconte l’évolution du port de Port-Louis, depuis les origines jusqu’à la fin du 20e siècle. Une invitation à parcourir 400 ans d’histoire en douze chapitres mensuels.

Lire la suite…

Le Port Nord Ouest, escale privilégiée des navigateurs

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), vous raconte l’évolution du port de Port-Louis, depuis les origines jusqu’à la fin du 20e siècle. Une invitation à parcourir 400 ans d’histoire en douze chapitres mensuels.

Le site sur lequel se trouve la capitale de Maurice et qui abrite l’un des ports de commerce et de transbordement les plus actifs du sud-ouest de l’océan Indien a été découvert il y a plus de 400 ans par les navigateurs hollandais. Répertorié le 1er janvier 1606 sous le nom de Rade des Moluques, par l’amiral Cornelius Matelief de Jonge, il est finalement appelé Noord Wester Haven sur les premières cartes hollandaises de l’île.

Lire la suite…

Histoire(s) du turf : 1ère journée de courses fin juin 1812

La première journée de courses de chevaux eut lieu au Champ de Mars le 25 juin 1812. Elle fut organisée par le Mauritius Turf Club, fondé la même année. L’organisation d’une joute hippique avait initialement pour objectif de réconcilier les habitants francophones de l’île avec les occupants britanniques fraichement installés, autour de leur amour commun pour le cheval.

Lire la suite…

Le Champ de Mars, un terrain d'entrainement militaire qui accueillit les premières courses de chevaux

A l’origine, la vaste plaine située au milieu des montagnes dominant Port-Louis était le cratère d’un ancien volcan. Lorsque les premiers occupants le découvrirent, en retrait de la rade naturelle du Port nord ouest, le site était couvert de palmiers. Dans leur entreprise de colonisation et d’exploitation des ressources de l’île en bois, les Hollandais entreprirent de le débroussailler. Les feuilles de palmiers servirent vraisemblablement aux premiers habitants à recouvrir leurs cases. Les premiers Français en firent grand usage au Port Nord ouest. » Lire la suite

Histoire(s) des cyclones : aux 19e et 20e siècles

Aussi longtemps que la mémoire peut remonter, la plus grande crainte des Mauriciens a toujours été le passage d’un cyclone. Frappant entre décembre et mai, la période de la saison cyclonique, ils entrainent mort et destruction et laissent l’île à genou, comme ce fut le cas aux 19e et 20e siècles… » Lire la suite

Histoire(s) des cyclones : aux 17e et 18e siècles

Aussi longtemps que la mémoire puisse remonter, la plus grande crainte des Mauriciens a toujours été le passage d’un cyclone. Frappant entre décembre et mai, la période de la saison cyclonique, ils aplatissent les plantations, détruisent les habitations et laissent l’île à genou. Aux 17e et 18e siècles l’île étant moins peuplée, les infrastructures peu développées, les principaux dégâts concernaient les plantations mais surtout les navires, provoquant de terribles naufrages. » Lire la suite

Pages:« Prev123Suivant »