You are here: histoiresmauriciennes.com»Patrimoine»Masjid Al-Aqsa : Bientôt patrimoine mondial de l’Unesco ?

Masjid Al-Aqsa : Bientôt patrimoine mondial de l’Unesco ?

Les lieux de cultes ont chacun une histoire qui mérite d’être racontée. En plus de 200 ans d’existence, la Masjid Al Aqsa est un lieu qui a vécu l’histoire mauricienne. La Mosquée Al Aqsa est en effet, la première masjid (autre nom pour mosquée) construite sur le territoire mauricien en 1805.

Tout commença par une arrivée massive de musulmans au cours du XVIIe siècle. Mahé de Labourdonnais fit venir 150 matelots indiens de foi islamique, surnommés les Lascars. Ce dernier était à la recherche d’artisans qualifiés afin de bâtir le port et ses infrastructures.

Cependant, la plupart de ces matelots quittèrent l’île lorsqu’ils apprirent que la Compagnie des Indes leurs offrait du saindoux (graisse de porc), au lieu de la mantègue (graisse de différents animaux que les Arabes utilisaient en guise de beurre, pour préparer leurs repas) comme stipulé dans leur contrat. Les marins musulmans n’étaient probablement pas prêts à consommer un produit défendu par leur religion.

Mais le Cheik Goulamy, chef spirituel de la petite communauté lascarde restée sur l’île, décida de faire souche ici, avec sa fille Sakina Bibi. Aidés par d’autres musulmans comme la famille Sodebar, ils allaient implanter la religion islamique sur l’île.

Afin d’éviter toute confrontation avec les autorités, les musulmans se regroupèrent principalement dans le faubourg est de la ville, un lieu éloigné du centre-ville, qui sera connu par la suite comme le Camp des Lascars ou Camp des Malabars.

Cette mosquée vit le jour grâce notamment à la ténacité de la famille Sodebar. En effet, dès 1798, Ignace Sobedar avait fait la demande aux autorités pour acquérir légalement un terrain sur lequel une petite « case-mosquée » avait été installée (illégalement), afin de pouvoir pratiquer leur culte. Mais cette demande leur est refusée par le Gouverneur Malartic en 1798 puis en 1802 par le Gouverneur de la Molière. En effet, à l’époque, les français interdisaient toute pratique religieuse en dehors du Catholicisme Apostolique, comme stipulé par l’Article 2 du Code Noir.

Il faudra cependant attendre 1805 pour que le Gouverneur Général Decaen accepte leur demande de construction officielle. L’année suivante la Masjid Al-Aqsa fut ouverte aux fidèles et Gassy Sobedar en devint le premier Imam. La mosquée s’est agrandie au fil des années afin d’accueillir la communauté grandissante.

Voici l’acte de concession signé par le Général Decaen, le 16 octobre 1805, témoignant de la vente d’un terrain à des Lascars Propriétaires, sur lequel « ils ont élevé une chapelle pour l’exercice de leur culte. »

papier-mosque.jpg

Dan Baboo : « Ces monuments de prière portent en eux, l’âme de la population mauricienne. »

La plus vieille Mosquée de l’Ile Maurice va-t-elle devenir patrimoine national ? C’est ce qu’essaye de mettre en place le comité de la Masjid Al Aqsa, avec notamment le soutien du Ministre des Arts et de la Culture Dan Baboo.

C’est en 2013, que la Mosquée Al Aqsa a entamé des travaux de rénovations importants, dans le but de la faire inscrire dans le Patrimoine national. Les coûts des travaux ont été estimés à environ Rs 4 million.

C’est en faisant cette rénovation que les travailleurs ont fait la découverte d’un trésor inestimable. La Masjid avait en fait, été construite en pierres puis avait été recouverte de béton. Les dirigeants veulent à tout prix préserver son originalité.

Les parties les plus anciennes de la mosquée sont le Mihrab et le Minbar. Le premier est la niche taillée dans la muraille indiquant la Qibla, direction de La Mecque vers laquelle les musulmans se tournent lors de la prière, alors que le Minbar est l’estrade élevée d’où l’Imam prêche lors de la prière.

3

La Masjid Al-Aqsa, ou Mosquée du Faubourg de l’Est comme elle s’appelait à l’époque, se situe dans la rue Hassen Sakir, anciennement connue comme la rue Pagoda, à Plaine Verte, Port-Louis. Elle resta la seule mosquée de l’île jusqu’à la construction de la Jummah Mosque, en 1852. Lieu de prière mais aussi centre communautaire, la mosquée joue, encore aujourd’hui, un rôle clé dans la vie de tous les musulmans mauriciens.

Nous tenons à remercier le Comité de direction de la Masjid Al Aqsa, et en particulier le Secrétaire Sayed Ibrahim Ameer Meea (à droite) et son assistant, qui est aussi le coordinateur du projet de rénovation Noormohammad Peeraye (à gauche), pour leurs récits passionnants et leur accueil chaleureux.

DUO

Pour découvrir d’autres photos de la Mosquée Al Aqsa, nous vous invitons à faire un tour dans notre galerie

Related posts

Ajouter un commentaire

Loading Facebook Comments ...