You are here: histoiresmauriciennes.com»Vos histoires

Vos histoires

Sebastian Marot, coach de tennis à Singapour

Avec la rubrique Vos histoires, www.histoiresmauriciennes.com dresse un pont entre ceux d’ici et ceux d’ailleurs, quel que soit leur point d’ancrage … Ils ont quitté leur pays et se rappellent du départ. Ils évoquent un souvenir qui a marqué ce moment, mais nous parlent aussi du pays, de la ville, qu’ils ont choisi(e)s pour s’expatrier.

Nom : Marot

Prénom : Sebastian

Date de naissance : 12 juillet 1987

Date de départ de Maurice : 2006

Domicile au moment du départ : Rivière-Noire

Pays d’expatriation : Singapour

 

Un souvenir qui a marqué ce moment du départ : Je quitte Maurice à 19 ans, après le Baccalauréat, pour faire carrière dans le tennis. Si je voulais faire carrière dans ce domaine, je devais trouver un sponsor, donc je suis parti vers l’Afrique du Sud (où il est né et qu’il a quitté a l’âge d’un an pour s’installer avec son père Toï et sa famille à Maurice, ndlr) mais je me suis vite rendu compte, que même si en Afrique du Sud il  y avait plus de compétition et de « frottement » avec le monde international du tennis, c’était plus ou moins la même chose au point de vue sponsor, comme à Maurice. C’est-à-dire peu de possibilités.

Le pays, la ville choisi(e)s pour s’expatrier et les raisons de ce(s) choix : En Afrique du sud j’ai fait une incursion dans le monde du football ou c’était un peu plus facile et j’ai joué en 2eme division puis de retour brièvement à Maurice pour un an en 2010, j’ai joué en première division. Ensuite je suis parti en Allemagne pour jouer en troisième division de Bundesliga à Francfort. Mais comme on ne gagne pas beaucoup dans cette division, qu’il fallait travailler en même temps pour subsister et que je n’avais pas un permis de travail je me suis rapproché à nouveau du tennis et j’ai joué des matches pour me faire de l’argent.

A 24 ans, j’ai décidé de partir aux Etats-Unis, dans le Kentcky où j’ai fait des études tout en jouant beaucoup au tennis pour gagner de l’argent. J’ai coaché l’équipe de tennis de l’Académie des arts de San Francisco, ce qui m’a ouvert des portes et finalement l’option d’aller à Singapour s’est présentée. Le poste de coache de tennis à Singapour allait me permet de me faire de l’argent afin de continuer mes études, en ligne, à l’Académie des arts de San Francisco. Au lieu de prendre 3 ans et demi pour le finir, ça me prendra 6 ans…

Y a-t-il un lieu à Maurice, des gens auxquels il est particulièrement attaché : Je voudrais revoir tous mes copains d’enfance a Maurice et revenir passer du temps à Rivière-Noire, le meilleur endroit de l’île !…

Faites comme Sebastian Marot, donnez-nous de vos nouvelles. Merci de suivre le même format que ci-dessus en écrivant à contact@histoiresmauriciennes.com

Que sont-ils devenus : Guito Dumolard

Avec la rubrique Vos histoires, www.histoiresmauriciennes.com dresse un pont entre ceux d’ici et ceux d’ailleurs, quel que soit leur point d’ancrage … Ils ont quitté leur pays et se rappellent du départ. Ils évoquent un souvenir qui a marqué ce moment, mais nous parlent aussi du pays, de la ville, qu’ils ont choisi(e)s pour s’expatrier.Lire la suite…

« Chez Mike », un pilier inébranlable du paysage culturel de Rose Hill - Par Mathieu Pigeot

Dix heures du matin dans le centre de Rose Hill. Le flux de piétons s’intensifie rapidement au fur et à mesure que les boutiques et autres commerces ouvrent leurs portes. À la fenêtre du restaurant Chez Mike, à l’angle de la route Royale, « gato arouy », boulettes de champignons et autres délices excitent déjà le regard des passants. C’est le moment pour la gérante, Madame Kim, et son équipe, de commencer une longue journée de service qui ne se terminera que dans la soirée. Lire la suite…

Le rêve brésilien de Paul C.

C’est l’histoire d’un Mauricien comme beaucoup d’autres, qui rêvait d’ailleurs mais qui n’a jamais pu concrétiser son projet de départ. Tout commence au milieu des années 60, à une époque où Maurice est écartelée entre un profond désir d’indépendance et la peur des lendemains incertains. » Lire la suite

La dolce vita de Gerald Gopaul

Il a quitté son île natale au début des années 90, à l’âge de 12 ans. Accompagné de ses trois frères, Gerald Gopaul est parti rejoindre ses parents qui s’étaient installés à Rome, plusieurs années auparavant. La famille Gopaul, originaire de Bambous et Tamarin, a connu des moments difficiles avant de pouvoir tirer profit des avantages d’une émigration en Italie. » Lire la suite

1959, le déchirement du premier départ

A travers ce très beau témoignage, Gaëtan Fleuriau Chateau, aujourd’hui installé au Canada nous raconte le déchirement du premier départ, pour tout étudiant mauricien qui quittait son île afin d’aller étudier à l’étranger, le plus souvent en Angleterre. » Lire la suite

Le droit des travailleurs à se syndiquer, par Vijay Naraidoo

Crédit photo : l'express

Dans le cadre de la Fête du Travail, célébrée le 1er mai dans de nombreux pays, Histoire(s) Mauricienne(s) revient sur les premières célébrations à Maurice et sur les débuts du combat ouvrier. « Les origines du mouvement ouvrier à Maurice découlent de l’action d’un groupe d’artisans et d’ouvriers – regroupés en une société privée – l’Union Syndicale des Travailleurs et Ouvriers de Maurice ayant comme Président William Adolphe, mécanicien et assembleur, et pour secrétaire Fernand Marie, compositeur et typographe. La création de cette première organisation ouvrière arrive à un moment difficile dans l’histoire du pays », explique Jocelyn Chan Low, historien, dans son ouvrage Les classes laborieuses à l’Ile Maurice au début du 20e siècle, ou l’Union Syndicale des Travailleurs et Ouvriers de 1908. » Lire la suite

Colonialisme, un principe vieux comme le monde par Thierry Chateau

Il y a 300 ans la prise de possession de Maurice par les Français lançait le processus de colonisation de l’île qui ne put décoller sous les Hollandais. Un processus qui entraîna le développement de l’île au prix de grands sacrifices humains, avec notamment l’introduction de l’esclavage.

Le principe de colonisation est aussi ancien que le monde. Les Grecs, les Romains furent de grands colonisateurs qui parcoururent l’Ancien Monde en tentant de s’y implanter. La migration est, en fait, le propre de l’homme, depuis les débuts de l’humanité. Elle est l’action suivant laquelle les groupes se répandent à travers la planète. C’est ce qui a provoqué, facilité, l’évolution, l’émergence de peuplades différentes.

Lire la suite…

L’épopée de la population dite de « Couleur » de Maurice, par Benjamin Moutou - 3e et dernière partie

3e et dernière partie de l’épopée de la population dite de « Couleur » de Maurice, par Benjamin Moutou. » Lire la suite

L’épopée de la population dite de  « Couleur »  de Maurice - Par Benjamin Moutou 2e partie

2e partie de l’épopée de la population dite de « Couleur » de Maurice, par Benjamin Moutou : Occupation Britannique (1810 – 1968). » Lire la suite

Pages:1234Suivant »