Sebastian Marot, coach de tennis à Singapour

00 300 #FFFFFF

Les grands coursiers : Winged Pharaoh, le Gris volant

00 300 #FFFFFF

Simon Van der Stel, le premier Mauricien

00 300 #FFFFFF

Ces voyageurs qui firent la réputation de Port-Louis

00 300 #FFFFFF

00 300 #FFFFFF
Articles les plus lus
La Banque Commerciale créée avec l’argent de l’esclavage
Le rôle de la boutique chinoise dans le développement socio-économique de Maurice
Il y a 300 ans : Maurice prise par les Français
Grand Bassin abritait des cygnes noirs et des anguilles géantes
Articles récents

Sebastian Marot, coach de tennis à Singapour

23 days ago

Avec la rubrique Vos histoires, www.histoiresmauriciennes.com dresse un pont entre ceux d’ici et ceux d’ailleurs, quel que soit leur point d’ancrage … Ils ont quitté leur pays et se rappellent du départ. Ils évoquent un souvenir qui a marqué ce moment, mais nous parlent aussi du pays, de la ville, qu’ils ont choisi(e)s pour s’expatrier.

Nom : Marot

Prénom : Sebastian

Date de naissance : 12 juillet 1987

Date de départ de Maurice : 2006

Domicile au moment du départ : Rivière-Noire

Pays d’expatriation : Singapour

 

Un souvenir qui a marqué ce moment du départ : Je quitte Maurice à 19 ans, après le Baccalauréat, pour faire carrière dans le tennis. Si je voulais faire carrière dans ce domaine, je devais trouver un sponsor, donc je suis parti vers l’Afrique du Sud (où il est né et qu’il a quitté a l’âge d’un an pour s’installer avec son père Toï et sa famille à Maurice, ndlr) mais je me suis vite rendu compte, que même si en Afrique du Sud il  y avait plus de compétition et de « frottement » avec le monde international du tennis, c’était plus ou moins la même chose au point de vue sponsor, comme à Maurice. C’est-à-dire peu de possibilités.

Le pays, la ville choisi(e)s pour s’expatrier et les raisons de ce(s) choix : En Afrique du sud j’ai fait une incursion dans le monde du football ou c’était un peu plus facile et j’ai joué en 2eme division puis de retour brièvement à Maurice pour un an en 2010, j’ai joué en première division. Ensuite je suis parti en Allemagne pour jouer en troisième division de Bundesliga à Francfort. Mais comme on ne gagne pas beaucoup dans cette division, qu’il fallait travailler en même temps pour subsister et que je n’avais pas un permis de travail je me suis rapproché à nouveau du tennis et j’ai joué des matches pour me faire de l’argent.

A 24 ans, j’ai décidé de partir aux Etats-Unis, dans le Kentcky où j’ai fait des études tout en jouant beaucoup au tennis pour gagner de l’argent. J’ai coaché l’équipe de tennis de l’Académie des arts de San Francisco, ce qui m’a ouvert des portes et finalement l’option d’aller à Singapour s’est présentée. Le poste de coache de tennis à Singapour allait me permet de me faire de l’argent afin de continuer mes études, en ligne, à l’Académie des arts de San Francisco. Au lieu de prendre 3 ans et demi pour le finir, ça me prendra 6 ans…

Y a-t-il un lieu à Maurice, des gens auxquels il est particulièrement attaché : Je voudrais revoir tous mes copains d’enfance a Maurice et revenir passer du temps à Rivière-Noire, le meilleur endroit de l’île !…

Faites comme Sebastian Marot, donnez-nous de vos nouvelles. Merci de suivre le même format que ci-dessus en écrivant à contact@histoiresmauriciennes.com

Les grands coursiers : Winged Pharaoh, le Gris volant

27 days ago

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club raconte deux siècles de courses hippiques au Champ de Mars en retraçant le parcours de chevaux inoubliables qui ont marqué leur époque.

Le titre de cheval de l’année a été décerné pour la première fois par le Mauritius Turf Club (MTC) en 1953. Cette année-là, c’est Pretty Mollie, de l’écurie Clarenc, qui enlevait la palme, avec 8 victoires sur 13 sorties, première jument aussi à figurer au palmarès.Lire la suite…

Simon Van der Stel, le premier Mauricien

29 days ago

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

La Compagnie néerlandaise des Indes Orientales, la VOC, qui, en s’installant à Maurice pour le ravitaillement de ses navires voguant vers Batavia, capitale des Indes néerlandaises (aujourd’hui Jakarta), conféra à l’île un certain attrait. En 1598, ils la nommèrent Mauritius en l’honneur du Stadhouder Maurice de Nassau. Mais ce n’est que 40 ans plus tard que Maurice devint un point de ravitaillement sur la route des Indes. C’est durant l’occupation hollandaise que naquit Simon Van der Stel, premier Mauricien historique.Lire la suite…

Ces voyageurs qui firent la réputation de Port-Louis

1 month ago

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), met en lumière les personnages, petits et grands, qui ont joué un rôle dans le destin du port, au fil des siècles.

Pendant des décennies Maurice était connue du monde comme une escale sur la Mer des Indes, un repaire de corsaires ou un comptoir de négociants se taillant, à coup de fouet et dans la sueur, une réputation d’île à sucre prospère. Parmi les premiers à affronter l’océan Indien, les navigateurs arabes ont sillonné les côtes orientales de l’Afrique et les rivages plus lointains. Il semblerait qu’à partir du XVIe, le navigateur Ahmed Ibn Majid et certains de ses compagnons, se soient rendus dans les îles du sud-ouest de l’océan Indien. Et c’est grâce à leurs indications que les cartographes purent répertorier le groupe d’îles qui allaient plus tard s’appeler Mascareignes du nom d’un autre navigateur célèbre, le portugais Pedro Mascarenhas.Lire la suite…

Les grands moments des courses au 20e siècle

1 month ago

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club, raconte quelques-uns des grands moments des courses hippiques au Champ de Mars au 20e siècle.

L’un des premiers événements marquant pour les amateurs de courses, au début du 20e siècle, fut l’érection de tribunes permanentes au Champ de Mars. Les spectateurs devenaient chaque année plus nombreux, la saison hippique se prolongeait, l’engouement pour les courses de chevaux atteignait des sommets.Lire la suite…

Pages:1234...4748Suivant »