You are here: histoiresmauriciennes.com»Histoire(s) de...

Histoire(s) de...

La Maiden Cup vue par Alexandre Dumas

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club, raconte l’histoire des courses hippiques au Champ de Mars en retraçant quelques anecdotes méconnues ou relatant le destin de personnages célèbres, liés au turf mauricien.

Le grand romancier français Alexandre Dumas, auteur notamment des Trois Mousquetaires et du Comte de Monte Cristo, avait des origines créoles. Fils d’un Haïtien et d’une Française, Dumas n’a cependant jamais mis les pieds dans les îles, encore moins à l’île de France… Pourtant dans son roman Georges qui se passe presqu’entièrement à Maurice durant les premières décennies du 19e siècle, il décrit les quartiers populaires de Port-Louis ou encore les paysages de la Rivière Noire de façon saisissante et dans leurs moindres détails…Lire la suite…

Les grands coursiers : un premier choix nommé Corban

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club raconte deux siècles de courses hippiques au Champ de Mars en retraçant le parcours ou les exploits de personnages incontournables et de chevaux inoubliables qui ont marqué leur époque.

En 1972, le Mauritius Turf Club fêtait ses 160 ans d’existence. Cette saison-là, plusieurs coursiers se distinguèrent sur l’hippodrome du Champ de Mars, notamment deux Doctors, Dr No et Dr Kwan… Lire la suite…

Alphonse Barbé, secrétaire du MTC et conseiller municipal

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club raconte deux siècles de courses hippiques au Champ de Mars et dresse le portrait de quelques grands personnages qui ont fait la réputation du turf mauricien.

Deuxième classique de la saison hippique, la Barbé Cup porte le nom d’Alphonse Barbé, secrétaire du Mauritius Turf Club (MTC) de 1867 à 1893. Ce comptable de profession était aussi conseiller municipal de Port-Louis.Lire la suite…

Les grands coursiers : Laldheer, 7 sur 7

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club raconte deux siècles de courses hippiques au Champ de Mars en mettant en lumière des chevaux inoubliables qui ont marqué leur époque.

En 1981, Maurice était au bord de la catastrophe au plan économique. Chômage, dévaluation et récession… Le régime travailliste était à bout de souffle. Mais cet essoufflement ne se reflétait pas sur l’hippodrome du Champ de Mars. De magnifiques coursiers continuaient d’exciter la passion des foules. C’est le cas d’un cheval hors du commun, Laldheer qui fut couronné Cheval de l’année 1981.Lire la suite…

Brown-Séquard, un grand savant

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

Charles-Edouard Brown-Séquard, né Mauricien, naturalisé Français, était probablement l’un des plus grands savants que le monde ait connu. Grand voyageur, médecin au grand cœur, il était surtout doté d’un pouvoir d’observation pratiquement sans égal et peut être comparé, au niveau scientifique, à quelqu’un comme Isaac Newton. Son parcours professionnel est exceptionnel et ses travaux en font une sommité du monde médical.Lire la suite…

Les grands coursiers : les exploits de Monsieur Blanc

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club raconte deux siècles de courses hippiques au Champ de Mars en mettant en lumière des chevaux inoubliables qui ont marqué leur époque.

Au début de la saison hippique 1982, la situation économique morose avait porté un coup aux ambitions du Mauritius Turf Club. Il y eut peu de nouveaux coursiers sur l’hippodrome du Champ de Mars, le nombre moyen de partants par journée descendit sous la barre des 40 et le Prize Money connut une réduction de 42%…Lire la suite…

Les grands coursiers : Zillah, la pouliche élégante

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club raconte deux siècles de courses hippiques au Champ de Mars en mettant en lumière des chevaux inoubliables qui ont marqué leur époque.

Elle est la dernière jument à avoir gagné la Maiden Cup. Zillah, élégante pouliche sud-africaine de l’écurie Ythier, triompha dans le Ruban bleu du Mauritius Turf Club en 1971. A peine outsider avant la course, elle était vendue à Rs 125/Rs 500. Il est vrai que Zillah avait terminé dernière la journée précédente, dans la You You Cup. Le grand favori de la Maiden Cup 1971 s’appelait Dr Kwan.Lire la suite…

Les jockeys mauriciens se distinguent

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club, raconte les courses hippiques au Champ de Mars en retraçant les exploits de ceux qui ont marqué leur époque et notamment ces fils du sol qui font la fierté du turf mauricien.

Traditionnellement, les coursiers qui ont évolué au fil des décennies sur la piste du Champ de Mars ont la plupart du temps été montés par des jockeys étrangers. Au début, ce sont les propriétaires eux-mêmes qui pilotaient leurs coursiers puis en 1836, les jockeys professionnels paraissent pour la première fois au programme. Lire la suite…

Farquhar et les premiers gouverneurs de sa Majesté

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), met en lumière les personnages, petits et grands, qui ont façonné le port de Port-Louis au fil des siècles.

Lorsque les Anglais prirent l’Isle de France en décembre 1810 la flotte française au mouillage à Port-Louis était composée de 17 unités et 28 bâtiments de commerce, dont 4 unités américaines. Le gouverneur anglais désigné, Robert Farquhar, fit son entrée au Port Louis le 4 décembre pour prendre la place du général Decaen, le gouverneur déchu.Lire la suite…

Les grands coursiers : Winged Pharaoh, le Gris volant

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club raconte deux siècles de courses hippiques au Champ de Mars en retraçant le parcours de chevaux inoubliables qui ont marqué leur époque.

Le titre de cheval de l’année a été décerné pour la première fois par le Mauritius Turf Club (MTC) en 1953. Cette année-là, c’est Pretty Mollie, de l’écurie Clarenc, qui enlevait la palme, avec 8 victoires sur 13 sorties, première jument aussi à figurer au palmarès.Lire la suite…

Pages:123456Suivant »