Grand Bassin : aux origines du lac sacré

00 300 #FFFFFF

1999 : un mois de février noir - première partie

00 300 #FFFFFF

Le marronnage en héritage – 2e partie

00 300 #FFFFFF

Le marronnage en héritage – 1e partie

00 300 #FFFFFF
Articles les plus lus
La Banque Commerciale créée avec l’argent de l’esclavage
Il y a 300 ans : Maurice prise par les Français
Le rôle de la boutique chinoise dans le développement socio-économique de Maurice
Grand Bassin abritait des cygnes noirs et des anguilles géantes
Articles récents

Curepipe, les origines de la Ville lumière

22 days ago

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec l’Atelier Littéraire, évoque l’histoire de Curepipe à travers Curepipe, les premières images d’une ville, de Jean-Baptiste Urbini et Jean-François Sookahet un ouvrage disponible à la librairie.

A la fin du 19e siècle Curepipe était une ville agréable où de nombreuses familles aisées avaient élu domicile. Avec son climat frais, l’endroit était idéal pour échapper aux moustiques et aux fièvres. La petite localité devint rapidement une agglomération. Elle fut la première à être dotée de l’électricité et ce, dès 1889… En 1890 le conseil administratif, aussi appelé le Board, fut constitué avec à sa tête sir Virgil Naz. La population grandissait rapidement et Curepipe obtint finalement son statut de ville en 1890.

Lire la suite…

Curepipe, une simple halte en pleine forêt

1 month ago

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec l’Atelier Littéraire, évoque l’histoire de Curepipe à travers Curepipe, les premières images d’une ville, de Jean-Baptiste Urbini et Jean-François Sookahet un ouvrage disponible à la librairie.

Deuxième ville de Maurice, Curepipe est située au coeur des Plaines Wilhems, à mi-chemin entre la capitale, Port-Louis et Mahébourg, chef lieu du district de Grand-Port. Avec son climat frais et humide, elle abrite aujourd’hui quelques-uns des plus beaux quartiers résidentiels de l’île. Mais la région, couverte de forêts humides, fut longtemps inhospitalière et mit du temps avant d’être habitée.Lire la suite…

Jean-Pierre Henry, l’homme de la mer

2 months ago

Au début des années 50, de nombreuses familles mauriciennes possédaient des résidences secondaires un peu partout sur le littoral. Quelques-unes d’entre elles avaient choisi le sud-ouest, la côte sous le vent au climat très doux durant l’hiver tropical. Elles venaient y passer leurs vacances en famille et s’adonnaient aux plaisirs de la vie au bord de la mer. Surtout, la pêche y était bonne …

C’était le cas pour Jean-Pierre Henry et sa famille. Enfant déjà, il accompagnait son père lors de palpitantes parties de pêche au large des côtes de Rivière Noire, dans une eau peuplée de marlins pouvant atteindre plusieurs centaines de kilos… Lire la suite…

Les derniers jours de l’Isle de France – 2e partie

2 months ago

Histoire(s) Mauricienne(s, en collaboration avec l’Atelier Littéraire évoque, à travers des ouvrages disponibles à la librairie, la fin de l’occupation française et la prise de Maurice par les Anglais, au début du 19e siècle.

Les Anglais arrivèrent aux portes de Port-Louis le 1er décembre, les Français capitulèrent le 3 décembre, le gouverneur français Decaen quitta l’île le 20 décembre et le gouverneur anglais Farquhar s’installa à l’hôtel du gouvernement le 27 décembre. Une courte bataille eut lieu, au nord de la capitale, le 1er décembre, faisant 60 morts côté français et 150 victimes côté anglais.Lire la suite…

Matthew Flinders, au service de sa Majesté

2 months ago

Explorateur britannique, Matthew Flinders (1774 –1814) était l’un des plus remarquables navigateurs et cartographes de son époque. Après une longue mission en Australie, le navire a bord duquel il voyage, s’échoue à l’Isle de France en décembre 1803. On est en pleine guerre franco-anglaise. Le général Decaen, le gouverneur de l’île, soupçonne l’explorateur d’être un espion au service de sa majesté. Il l’assigne à résidence. Il va être contraint de rester sept ans à l’Isle de France…Lire la suite…

Pages:« Prev12345...5758Suivant »