You are here: histoiresmauriciennes.com»Ile Maurice

Ile Maurice

Les grands coursiers : Laldheer, 7 sur 7

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club raconte deux siècles de courses hippiques au Champ de Mars en mettant en lumière des chevaux inoubliables qui ont marqué leur époque.

En 1981, Maurice était au bord de la catastrophe au plan économique. Chômage, dévaluation et récession… Le régime travailliste était à bout de souffle. Mais cet essoufflement ne se reflétait pas sur l’hippodrome du Champ de Mars. De magnifiques coursiers continuaient d’exciter la passion des foules. C’est le cas d’un cheval hors du commun, Laldheer qui fut couronné Cheval de l’année 1981.Lire la suite…

Amédée Maingard, captaine d’industrie héros de la 2e GM

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

Le 6 juin 1944, les forces alliées débarquaient sur les plages de Normandie. Elles allaient repousser inexorablement les Nazis dans leurs derniers retranchements. La 2e Guerre mondiale n’aurait pas été gagnée sans la participation de milliers d’hommes et de femmes de l’ombre qui œuvrèrent en France et en Europe pour miner les armées allemandes. Parmi eux, un Mauricien d’exception, Amédée Maingard.Lire la suite…

Les premiers immigrants indiens qui arrivèrent à Port-Louis et les affres de la quarantaine

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), met en lumière les personnages, petits et grands, qui ont façonné le port de Port-Louis au fil des siècles.

Le 2 novembre 1834, le premier contingent de laboureurs indiens employés sous contrat arriva à Port-Louis à bord du navire l’Atlas. Par la suite, des milliers de travailleurs engagés par l’industrie sucrière allaient suivre, afin de remplacer la main d’œuvre servile libérée au moment de l’abolition de l’esclavage en 1835. La traversée durait en moyenne six semaines et elle était marquée par de dures conditions de vie à bord qui laissait des séquelles sur la santé des hommes et de quelques femmes qui l’affrontaient. Mais ces travailleurs engagés qui arrivaient à Maurice n’étaient pas au bout de leur peine et devaient aussi subir d’autres épreuves avant de pouvoir débarquer.Lire la suite…

Anjalay, icône de la lutte syndicale

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

Elle avait 32 et a traversé l’univers tourmenté de la lutte syndicale des années 1940 comme une météorite. Anjalay Coopen, née Soondrun Pavattan, a vu le jour en février 1911 dans le district de Rivière du Rempart. Lire la suite…

Sir Gaëtan Duval, monument de l’île Maurice moderne

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

Il a disparu un mois de mai… Plusieurs fois Vice Premier ministre et ministre, lord-maire de Port-Louis, maire de Curepipe, chef de file du Parti mauricien social-démocrate (PMSD), homme de loi flamboyant, Sir Gaëtan Duval est un monument. Fin diplomate et brillant ambassadeur du tourisme, il fit connaître l’île Maurice dans le monde entier. Sa réputation a dépassé celle de son pays natal et son nom résonne encore là où il a laissé son empreinte, que ce soit aux confins de l’Afrique francophone ou dans les grandes capitales européennes.Lire la suite…

Sir William Newton, instaurateur de la première démocratie mauricienne

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

Sir William Newton, brillant avocat du barreau mauricien de la fin du 19e siècle, entreprit d’instaurer la première démocratie à Maurice avec le concours du gouverneur britannique Sir John Pope Hennessy (1883-1886 et 1888-1889). Le mouvement réformiste créé en 1882 et dirigé par Newton, réclamait l’introduction d’un élément électif au Conseil Législatif, une participation plus directe des colons à l’administration de leurs affaires. Autrement dit, l’ouverture du système électoral non plus aux seuls officiers anglais, mais aussi aux colons et aux autres possédants, dont des Indo-mauriciens.Lire la suite…

Rémy Ollier, champion des libertés

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

Enseignant, homme de lettres, journaliste, Remy Ollier était un homme passionné. Ardent défenseur de la population, il s’est élevé courageusement contre la haine et le mépris de l’oligarchie sucrière, au péril de sa vie. Disparu trop tôt, il aura cependant jeté les bases de la liberté d’expression dans l’île Maurice du XIXe siècle.Lire la suite…

Simon Van der Stel, le premier Mauricien

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

La Compagnie néerlandaise des Indes Orientales, la VOC, qui, en s’installant à Maurice pour le ravitaillement de ses navires voguant vers Batavia, capitale des Indes néerlandaises (aujourd’hui Jakarta), conféra à l’île un certain attrait. En 1598, ils la nommèrent Mauritius en l’honneur du Stadhouder Maurice de Nassau. Mais ce n’est que 40 ans plus tard que Maurice devint un point de ravitaillement sur la route des Indes. C’est durant l’occupation hollandaise que naquit Simon Van der Stel, premier Mauricien historique.Lire la suite…

SSR père de l’indépendance

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

Sir Seewoosagur Ramgoolam (SSR), Chief Minister puis Premier ministre de Maurice, du 26 septembre 1961 au 16 juin 1982, est le père de l’indépendance. Médecin de formation, il fut scolarisé au Collège Royal de Curepipe et fit ses études supérieures à Londres.Lire la suite…

Première abolition de l'esclavage en février 1794

L’esclavage a été aboli à Maurice en février 1835. Mais cette abolition aurait dû avoir eu lieu 40 ans plus tôt, presque jour pour jour…

Le 4 février 1794, la Convention Nationale en France décrétait l’abolition de l’esclavage. Cette mesure concernait bien évidemment toutes les colonies françaises dont l’Isle de France. Lorsque la nouvelle du décret d’abolition parvint dans l’île, l’Assemblée Coloniale le rejeta aussitôt.Lire la suite…

Pages:123456Suivant »