You are here: histoiresmauriciennes.com»Ile Maurice

Ile Maurice

50 ans de La Bonne Chute : Jacques Désiré Laval, la relève

Le Restaurant La Bonne Chute fête un demi-siècle d’existence, à partir de ce vendredi 16 août et le lendemain, samedi 17. C’est le chef Jacques Désiré Laval qui a pris la relève de Jacques Célerine, celui qui était aux fourneaux pendant 47 ans. Les deux hommes s’associent pour le plus grand plaisir des gourmets…

Originaire de Batimarais, dans le sud, Jacques Désiré Laval est entré à La Bonne Chute en 2017. Après avoir débuté à l’hôtel La Plantation, il a rejoint le groupe Beachcomber pour lequel il a travaillé pendant plus de quatre ans.Lire la suite…

50 ans de La Bonne Chute : les bons plats de Jacques Célerine

Le Restaurant La Bonne Chute fête un demi-siècle d’existence, trois vendredis et samedis de suite durant la deuxième quinzaine d’août. Jacques Célerine y était déjà, pratiquement depuis les débuts … Ce spécialiste des sauces Grand veneur et du gibier rôti, désormais à la retraite, remet son tablier pour l’occasion.

Entré en cuisine à 17 ans, Jacques Célerine, un natif de la côte ouest, a débuté avec les fondateurs de La Bonne Chute, Raymonde de Ravel et Jacques Lenoir. Il se rappelle toujours du petit relai qui attirait une clientèle de chasseurs et d’amateurs de fruits de mer…Lire la suite…

Curé, Anquetil, Sahadeo : combattants des droits humains

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront vos personnalités préférées !

Trois hommes se sont distingués dans la lutte pour l’émancipation de la classe laborieuse et le respect des droits humains à Maurice. Leur combat a permis au pays d’accéder au suffrage universel et de marcher vers l’indépendance. Lire la suite…

Alphonse Ravaton, le roi du sega

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

Alphonse Ravaton naît le 22 avril 1900 à Quartier-Militaire. Celui que l’on surnomme Ti Frère grandit dans une atmosphère de quadrille créole et de séga typique puisque son père qui était chanteur animait les bals des samedis soir.Lire la suite…

Ces grands commerçants qui firent la réputation de Port-Louis

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), vous raconte l’évolution du port de Port-Louis, depuis les origines jusqu’à la fin du 20e siècle. Une invitation à parcourir 400 ans d’histoire.

Au 19e siècle, Maurice renforça son statut d’île à sucre. La production de sucre était exportée de Port-Louis, principalement en Angleterre mais aussi vers l’Inde et l’Australie. Le port devenait une plaque tournante du commerce du sucre avec la création de plusieurs maisons de commerce.Lire la suite…

Affan Tank Wen, petit immigré devenu grand notable

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

En août 1861, un petit immigré chinois de 19 ans débarque à Port-Louis. Il n’a sur lui que son courage pour tenter de réussir dans la vie. Il fuit sa ville natale, Canton, en proie à de grands tumultes et à la misère. Affan Tank Wen est né en 1842, à la fin de la première Guerre de l’opium, opposant l’Empire de Chine aux puissances coloniales, France et Grande-Bretagne. Affan, comme beaucoup de ses compatriotes fuit Canton. Lire la suite…

Malcolm de Chazal, écrivain et penseur hors normes

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée ! Il est l’un des plus grands écrivains et penseurs mauriciens.

Malcolm de Chazal, né à Vacoas le 12 septembre 1902, est mort à Curepipe un 1er octobre 1981 dans une sorte d’anonymat délibérément entretenu par un milieu social dans lequel il évoluait voluptueusement à contre-courant.Lire la suite…

Les grands coursiers : Laldheer, 7 sur 7

Histoire(s) Mauricienne(s) en collaboration avec le Mauritius Turf Club raconte deux siècles de courses hippiques au Champ de Mars en mettant en lumière des chevaux inoubliables qui ont marqué leur époque.

En 1981, Maurice était au bord de la catastrophe au plan économique. Chômage, dévaluation et récession… Le régime travailliste était à bout de souffle. Mais cet essoufflement ne se reflétait pas sur l’hippodrome du Champ de Mars. De magnifiques coursiers continuaient d’exciter la passion des foules. C’est le cas d’un cheval hors du commun, Laldheer qui fut couronné Cheval de l’année 1981.Lire la suite…

Amédée Maingard, captaine d’industrie héros de la 2e GM

Maurice a 51 ans. Histoire(s) Mauricienne(s) aura bientôt 5 ans. Nous vous proposons une série de portraits de grands Mauriciens disparus, qui ont eu un rôle de premier plan dans l’histoire de leur pays. Elle culminera par la publication d’un numéro spécial en fin d’année. Vos likes détermineront votre personnalité préférée !

Le 6 juin 1944, les forces alliées débarquaient sur les plages de Normandie. Elles allaient repousser inexorablement les Nazis dans leurs derniers retranchements. La 2e Guerre mondiale n’aurait pas été gagnée sans la participation de milliers d’hommes et de femmes de l’ombre qui œuvrèrent en France et en Europe pour miner les armées allemandes. Parmi eux, un Mauricien d’exception, Amédée Maingard.Lire la suite…

Les premiers immigrants indiens qui arrivèrent à Port-Louis et les affres de la quarantaine

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), met en lumière les personnages, petits et grands, qui ont façonné le port de Port-Louis au fil des siècles.

Le 2 novembre 1834, le premier contingent de laboureurs indiens employés sous contrat arriva à Port-Louis à bord du navire l’Atlas. Par la suite, des milliers de travailleurs engagés par l’industrie sucrière allaient suivre, afin de remplacer la main d’œuvre servile libérée au moment de l’abolition de l’esclavage en 1835. La traversée durait en moyenne six semaines et elle était marquée par de dures conditions de vie à bord qui laissait des séquelles sur la santé des hommes et de quelques femmes qui l’affrontaient. Mais ces travailleurs engagés qui arrivaient à Maurice n’étaient pas au bout de leur peine et devaient aussi subir d’autres épreuves avant de pouvoir débarquer.Lire la suite…

Pages:123456Suivant »