You are here: histoiresmauriciennes.com»Racontez-nous

Racontez-nous

Sebastian Marot, coach de tennis à Singapour

Avec la rubrique Vos histoires, www.histoiresmauriciennes.com dresse un pont entre ceux d’ici et ceux d’ailleurs, quel que soit leur point d’ancrage … Ils ont quitté leur pays et se rappellent du départ. Ils évoquent un souvenir qui a marqué ce moment, mais nous parlent aussi du pays, de la ville, qu’ils ont choisi(e)s pour s’expatrier.

Nom : Marot

Prénom : Sebastian

Date de naissance : 12 juillet 1987

Date de départ de Maurice : 2006

Domicile au moment du départ : Rivière-Noire

Pays d’expatriation : Singapour

 

Un souvenir qui a marqué ce moment du départ : Je quitte Maurice à 19 ans, après le Baccalauréat, pour faire carrière dans le tennis. Si je voulais faire carrière dans ce domaine, je devais trouver un sponsor, donc je suis parti vers l’Afrique du Sud (où il est né et qu’il a quitté a l’âge d’un an pour s’installer avec son père Toï et sa famille à Maurice, ndlr) mais je me suis vite rendu compte, que même si en Afrique du Sud il  y avait plus de compétition et de « frottement » avec le monde international du tennis, c’était plus ou moins la même chose au point de vue sponsor, comme à Maurice. C’est-à-dire peu de possibilités.

Le pays, la ville choisi(e)s pour s’expatrier et les raisons de ce(s) choix : En Afrique du sud j’ai fait une incursion dans le monde du football ou c’était un peu plus facile et j’ai joué en 2eme division puis de retour brièvement à Maurice pour un an en 2010, j’ai joué en première division. Ensuite je suis parti en Allemagne pour jouer en troisième division de Bundesliga à Francfort. Mais comme on ne gagne pas beaucoup dans cette division, qu’il fallait travailler en même temps pour subsister et que je n’avais pas un permis de travail je me suis rapproché à nouveau du tennis et j’ai joué des matches pour me faire de l’argent.

A 24 ans, j’ai décidé de partir aux Etats-Unis, dans le Kentcky où j’ai fait des études tout en jouant beaucoup au tennis pour gagner de l’argent. J’ai coaché l’équipe de tennis de l’Académie des arts de San Francisco, ce qui m’a ouvert des portes et finalement l’option d’aller à Singapour s’est présentée. Le poste de coache de tennis à Singapour allait me permet de me faire de l’argent afin de continuer mes études, en ligne, à l’Académie des arts de San Francisco. Au lieu de prendre 3 ans et demi pour le finir, ça me prendra 6 ans…

Y a-t-il un lieu à Maurice, des gens auxquels il est particulièrement attaché : Je voudrais revoir tous mes copains d’enfance a Maurice et revenir passer du temps à Rivière-Noire, le meilleur endroit de l’île !…

Faites comme Sebastian Marot, donnez-nous de vos nouvelles. Merci de suivre le même format que ci-dessus en écrivant à contact@histoiresmauriciennes.com

Le rêve brésilien de Paul C.

C’est l’histoire d’un Mauricien comme beaucoup d’autres, qui rêvait d’ailleurs mais qui n’a jamais pu concrétiser son projet de départ. Tout commence au milieu des années 60, à une époque où Maurice est écartelée entre un profond désir d’indépendance et la peur des lendemains incertains. » Lire la suite

Port-Louis à l’époque de Mahé de La Bourdonnais: aménagements et stratégie

Histoire(s) Mauricienne(s), en collaboration avec la Mauritius Ports Authority (MPA), vous raconte l’évolution du port de Port-Louis, depuis les origines jusqu’à la fin du 20e siècle. Une invitation à parcourir 400 ans d’histoire en douze chapitres mensuels.

Lire la suite…

La dolce vita de Gerald Gopaul

Il a quitté son île natale au début des années 90, à l’âge de 12 ans. Accompagné de ses trois frères, Gerald Gopaul est parti rejoindre ses parents qui s’étaient installés à Rome, plusieurs années auparavant. La famille Gopaul, originaire de Bambous et Tamarin, a connu des moments difficiles avant de pouvoir tirer profit des avantages d’une émigration en Italie. » Lire la suite

1959, le déchirement du premier départ

A travers ce très beau témoignage, Gaëtan Fleuriau Chateau, aujourd’hui installé au Canada nous raconte le déchirement du premier départ, pour tout étudiant mauricien qui quittait son île afin d’aller étudier à l’étranger, le plus souvent en Angleterre. » Lire la suite

L’épopée de la population dite de « Couleur » de Maurice, par Benjamin Moutou - 3e et dernière partie

3e et dernière partie de l’épopée de la population dite de « Couleur » de Maurice, par Benjamin Moutou. » Lire la suite

L’épopée de la population dite de « Couleur » de Maurice, par Benjamin Moutou - 1e partie

1ère partie de l’épopée de la population dite de « Couleur » de Maurice, par Benjamin Moutou : Occupation Française (1721-1810). » Lire la suite

L’Ile Maurice, du Xe au XXIe siècles – un survol politique par Philippe Hitié - 2e partie (Crédit photo GIS)

Philippe Hitié nous invite à un survol en deux parties de l’histoire politique de Maurice, évoquant les grands faits qui l’ont marquée et les grandes figures qui l’ont forgée. » Lire la suite

L’Ile Maurice, du Xe au XXIe siècles – un survol politique par Philippe Hitié - 1e partie (Crédit photo GIS)

Philippe Hitié nous invite à un survol en deux parties de l’histoire politique de Maurice, évoquant les grands faits qui l’ont marquée et les grandes figures qui l’ont forgée. » Lire la suite

“Le départ pour Grand-Gaube” - Par Karl Mülnier

Dans Hier encore, souvenirs et anecdotes, Karl Mülnier dresse le portrait d’une île Maurice désuète mais dont les images restent obstinément présentes à nos mémoires.

C’était pendant les années trente. Mon grand-père avait alors un « campement » à Grand-Gaube. Il se trouvait là où s’achève la route droite qui va de l’église à la plage. Là où elle fait un angle droit. À l’horizon, sont rangés d’ouest en est le Coin de mire, l’île Plate et l’île Ronde. Il y a des pâtés de roches à droite et à gauche mais entre eux la plage est immaculée, le sable est fin. Les brisants sont éloignés et le lagon étincelant. Le soleil se lève là, à droite de l’île Ronde et se couche à la pointe du cimetière. La lune fait de même et je garde le souvenir de clairs de lune éblouissants. C’est un coin d’une exceptionnelle beauté.

Lire la suite…

Pages:12Suivant »