You are here: histoiresmauriciennes.com»Vos histoires

Vos histoires

Tribute to Philippe Bonâme

Training at tertiary level has for a great many years been a subject of interest to Mauritians. Already in the 1830s, Adrien d’Épinay mentioned the need for a university. In the sugar industry, which was the country’s main economic activity, attention was paid to training as early as 1884, when the Mauritian chemist Clare Bernard taught chemistry to a few students. In 1887 Léon Diard, a French chemist, followed on from Clare Bernard with courses to aspiring chemists at a time when the industry numbered 138 sugar factories, few of which produced more than 1,000 tonnes a year. The premature passing away of Léon Diard in 1891 put an end to the training.

Lire la suite…

1966, visite du chanteur Jacques Brel à l'Ile Maurice

Poète, chanteur, acteur, considéré comme le « plus grands des Belges », Jacques Brel était un chanteur adulé en son temps et un artiste unique en son genre. Dans ses concerts, dans ses films, comme dans la vie, il se donnait toujours à fond. Et il aimait les voyages… » Lire la suite

Le cousin américain

Maurice et l’Amérique ont des similitudes historiques, ont vécu de larges épisodes communs, partagent l’héritage de l’esclavage et de la ségrégation. Le grand et le petit pays ont a peu près le même âge, de larges portions de leurs peuples ont des origines européennes et africaines, ils ont connu la colonisation.

Si sur la petite île, il n’y avait pas d’autochtones, l’implantation a été difficile dans les deux cas. Ici, isolement, fièvres, cyclones. Là-bas immensités hostiles, guerres avec les autochtones. Et puis, anecdote historique, les Mauriciens se sont même impliqués, durant les guerres franco-anglaises, en Amérique (où un contingent de soldats servit sous les ordres du Géneral français La Fayette pendant la Lire la suite…

1814 – 2014 Bicentenaire du traite de Paris

« Art. VIII : S. M. Britannique stipulant pour elle et ses alliés, s’engage à restituer, à S. M. très-chrétienne, dans les délais qui seront ci-après fixés, les colonies, pêcheries, comptoirs et établissements de tout genre que la France possédait au 1 janvier 1792 … à l’exception toutefois … de l’Ile de France et de ses dépendances, nommément Rodrigue et les Séchelles, lesquelles S. M. très-chrétienne cède en toute propriété et souveraineté à S. M. Britannique »

Lire la suite…

Pages:« Prev12345